:::: MENU ::::

Blog

  • Déc 28 / 2017
  • 0
Actu

Tribune de janvier 2018

Qui, il y a un an, aurait pu prévoir l’année que nous venons de vivre ? Finalement à dresser le bilan de cette année qui nous promettait tous les possibles, on se dit qu’elle fut « riche » de rebondissements. Politiquement et socialement, les codes ont explosé laissant chacun libre de ses choix et de ses idées mais malgré tout un peu perdu dans ce nouveau climat. Si inventer suppose de critiquer et de discuter ce que le passé nous a enseigné comme une vérité, la bulle Macron qui nous a enveloppé depuis mai dernier nous pousse vers un monde qui fait la part belle à une certaine forme d’individualisme.
La bulle d’un monde meilleur se referme sur elle-même et le premier signal fut vraisemblablement l’élection sénatoriale de septembre 2017.
D’élection en élection les français repartent vers leurs convictions profondes prouvant ainsi que les notions de droite et gauche ont un sens dans le débat politique.

À Enghien aussi, la bulle Macron a joué le rôle perfide de la déstabilisation. Ici ce n’est pas à gauche qu’elle a semé le trouble, c’est la majorité municipale qu’elle a fait éclater. Depuis les sénatoriales, où l’un des maires adjoints a osé braver l’autorité de Philippe Sueur en se présentant sous la bannière LREM, nous sentons qu’il est sur ce mandat plus difficile à notre maire de garder au sein de sa liste une unité de pensée, une majorité. Les temps changent et les groupes se forment et s’affrontent parfois…

Derrière le pseudo positivisme de la bulle Macron se cache une volonté cynique de construire la France d’aujourd’hui uniquement avec celles et ceux qui en auraient les moyens, tout en dénigrant les autres. La toute puissance n’est pas loin…
Nous restons certains que cette volonté affichée de garder le cap au milieu, tout en glanant un peu à droite puis… encore à droite et toujours à droite ne respecte pas les grandes promesses de mai 17. L’ensemble des français n’est pas dupe, malgré l’adversité, les valeurs d’une gauche, qui met beaucoup d’enthousiasme à se réinventer, sont toujours présentes, là où les droites se cherchent un cap… de plus en plus à droite, déboussolées qu’elles sont par cette bulle qui les a totalement aspirée.
Que 2018 soit pour chacun d’entre vous une belle année !

Retrouvez nous le 20 janvier 2018 à 11h à notre permanence pour fêter cette nouvelle année.
Sophie Maley, Olivier Erard, élus liste DVG « Enghien source de diversités »

  • Nov 14 / 2017
  • 0
Actu

Tribune de novembre 2017

“Malgré nous” ?
 
 
L’avez-vous remarqué, il semblerait que notre ville « Amie des enfants » se fasse plus active depuis quelque temps, on pourrait même penser que les ados deviennent un peu plus visibles. Activités, animations, soirées, Enghien bouge, chante, joue, met l’ambiance et commencerait à vivre au rythme parfois effréné des plus jeunes. Pour autant, peut on dire que ces actions menées à l’égard des jeunes soient réellement ouvertes à toutes et tous ? Pas sûr, même si la cerise bien rouge, du beau gâteau bien lisse que l’on nous propose, viendrait du fait incontestable que beaucoup des actions faites en faveur des jeunes émanerait juste du conseil municipal des jeunes… 
S’il est évident que l’action citoyenne ne peut qu’aider au développement du vivre ensemble – Non ce n’est pas un cliché ! – il nous semble important aussi de nous interroger sur les « responsabilités » et le « pouvoir » de décider que la municipalité fait parfois peser sur les frêles épaules de ces 11 – 15 ans censés représenter l’ensemble des jeunes d’Enghien. 
Car en effet, la limite entre engagement citoyen et instrumentalisation est ténue. L’adolescence est cet âge si particulier où la pensée autonome se met en place, c’est à l’adolescence que l’on commence à penser par soit même. Les idées sont souvent extrêmes et même radicales* et s’affranchir de la pensée des adultes est une des conditions pour grandir. Partant de ce constat on peut se demander quelle rôle la municipalité fait jouer à ces jeunes toujours ceints de l’écharpe tricolore ? À quelle place sont-ils exposés, sujet ou objet ? Honneur ou lourdeur ? Identification ou instrumentalisation ? 
Bien penser les jeunes pour mieux les ranger dans un cadre et faire des catégories : les bons, beaux, riches et les autres. Sans leur permettre vraiment d’être qui ils voudraient être et leur insuffler « de bonnes valeurs » celle de notre république ! Mais de quel côté penche le curseur quand la politique actuelle n’est ni de gauche, ni de gauche ? Quand elle prône le 1er de cordée toujours au sommet bien porté et supporté par ceux d’en-dessous ? Certains discours récents de quelques maires adjoints nous ont interpellés, des discours certes empreints de bienveillance à l’égard des jeunes mais une vision clivée d’une jeunesse multiple qui ne serait pas capable de s’affirmer en mixant les valeurs celles du nid Enghiennois à l’épreuve de celles du monde de demain, le leur!

Sophie Maley, Olivier Erard, élus DVG Liste « Enghien source de diversités »

* « Quand l’adolescent s’engage, radicalité et contruction de soi » Marie Rose Moro et Philippe Gutton, Ed. InPress Paris

  • Sep 03 / 2017
  • 0
Non classé

Chronique de septembre 2017. Titre : « L’hallucination collective continue ! »

« Ce qui arrive est toujours autre chose que ce que nous avions attendu » *

Apres une élection présidentielle mouvementée, des élections législatives de type tsunami, l’hallucination collective
continue !

Sous les yeux des 85% de salariés français en CDI, l’entreprise de liquidation du contrat de travail est menée tambour
battant par le président Macron et son fan club.

Au motif que les avantages sociaux ruinent la compétitivité de notre pays, « notre » Président de la République réalise
le rêve du MEDEF en liquéfiant le travail, le rendant négociable à vue.

Peut-on une seule seconde imaginer que les français (du moins ceux qui se sont déplacer pour voter), en voulant
échapper à l’extrême droite, ont voulu adopter le système économique libéral pur et dur, rendant ainsi réels les
enfers possibles ? Non.

Précariser les contrats stables pour favoriser leurs basculements vers des contrats commerciaux, affaiblir la loi en
faveur d’accords collectifs passés sous l’emprise de l’autoritarisme patronal, mettre hors-jeu les corps intermédiaires
(juges, syndicats), déréguler le droit du travail dans un pays en mal de renouvellement et sclérosé par les inégalités
sociales, territoriales, par l’évasion fiscale, le favoritisme, la corruption, la financiarisation etc… devient, sous couvert
de mouvement de modernité, une œuvre de destruction de notre société.

Monsieur le Président de la République, mais que vous ont fait les salariés en CDI pour que vous vouliez les saquer
de la sorte ?

Imaginons quelques conséquences de ce qui est prévu :
Financement de l’économie : comment nos très chers banquiers vont-ils accepter de financer les acquisitions de nos
voitures, logements, équipements, études des enfants avec des contrats de travail aussi « liquides » ?
Logement : la liquéfaction des contrats en CDI générera l’instabilité des locataires de logement. En effet, à quoi rime
un bail de type loi de 89 avec un preneur précaire.
Les demandes de logements auprès des organismes de logements sociaux vont exploser, le secteur privé
n’acceptant pas de louer à des précaires, sauf à des tarifs de marchands de sommeil…
Les prix et les loyers baisseront ils face à une demande issue de preneurs ou acquéreurs avec peu de financement ?

Organisation du travail :
– qu’est ce qui interdira aux futurs « tacherons » de faire travailler leurs enfants chez eux dans le cadre des
prometteurs « contrats de projet ».
– Le fait que la future armée de « contractors » puisse bénéficier des indemnités chômage ouvrira la course à
la baisse des rémunérations. Tout comme avec le C.I.C.E, les donneurs d’ordre n’auront de cesse d’aligner
les futurs honoraires de leurs sous-traitants sur les futures indemnités chômage.
– Nous prenons le pari de l’explosion du travail non déclaré avec la passation en masse de contrats
commerciaux en lieu et place de CDI.

Face à cette idéologie libérale enrubannée de toutes les théories philosophiques, humanistes et bien pensantes
nous souhaitons vivement que le réalisme social l’emporte et que notre modèle français et son consensus socioproductif
soient en priorité et rapidement traité pour les maux dont ils souffrent déjà, et ce avant même que ne se
déroule sous nos yeux les opérations de liquidation du salariat que nous prépare ce gouvernement.
Vous verrez Monsieur Macron, ça ira déjà beaucoup mieux, même face à la mondialisation !
Nous souhaitons à chacun d’entre vous une bonne rentrée et vous donnons rendez-vous le 30 septembre 2017 entre
10h et 12h salle de l’Europe pour notre réunion bimestrielle.

Sophie Maley, Olivier Erard, liste DVG « Enghien source de diversités »
*Paul Ricoeur dans « Temps et récit »- Seuil 1983

  • Sep 03 / 2017
  • 0
Non classé

L’Analyse des Besoins Sociaux de notre ville par le Centre Communal d’Action Sociale : la loi ne rendant plus obligatoire annuellement ce document (pour le plus grand bonheur de la majorité actuelle

Voici le dernier document qui sera produit avant un temps certain. La  qualité des données, des  analyses et des préconisations  est  proportionnelle à l’importance que le document  revêt pour la majorité actuelle, c’est à dire minimale?

Télécharger (PDF, 14.5MB)

  • Juin 25 / 2017
  • 0
Actu

Tribune juin 2017

Les 6 premiers mois de l’année 2017 s’achèvent et on peut dire que l’attention et les débats qui ont tenu en haleine les français ont vraiment été d’ordre politique,  écrasant sûrement une multitude de sujets sociaux et économiques. Après 2 primaires aux multiples rebondissements pour l’une et quelque peu déstabilisante pour l’autre,  puis avec 4 élections en 1 mois et demi, le moins que l’on puisse constater c’est l’étonnant paysage politique qui nous est désormais proposé. Une république supposée marcher mais en fait, pour qui et avec qui ?

Avec des taux d’abstention croissants au fils des scrutins, on peut se demander qui sont ceux qui ont voté et surtout ou étaient ceux qui n’ont pas eu envie de venir choisir. Avec au niveau national un taux d’abstention de 57,4% et 4,2% de votes Blancs et Nuls, les législatives donnent le sentiment qu’elles furent des élections de « castes », en tout cas  une élection sans une certaine partie du peuple.  Une élection qui laisse sur le bas côté de la route celles et ceux qui ne se retrouvent pas dans les itinéraires bien fléchés et balisés  par cette république de marcheurs. D’ailleurs on peut s’interroger sur le signifiant du slogan  « en marche » qui voudrait supposer qu’il y a ceux qui marchent et les autres. Comme un clivage entre ceux qui bougent et ceux qui seraient là, figés dans une espèce d’immobilisme politique. Car en effet, si l’on n’est pas en marche, que faisons nous ?

Et si cette manière de signifier les uns par rapport aux autres était dangereuse ? Et si le fait de signifier le mouvement des uns en opposition à la non marche des autres allait dans le sens de réelles fractures entre les pensées citoyennes. Entre ceux qui pensent bien et les autres, entre la modernité de ceux qui croient au mouvement et les autres qui le refuseraient. Il y a dans tout ça comme une espèce de bouleversement des codes de la pensée politique et sociétale. La pseudo unanimité des derniers résultats des législatives pourraient alors diviser les citoyens, entre les jeunes et les vieux, les modernes et les rétrogrades…

À Enghien également on a pu constater une lourde abstention de 55% et 7,58% de votes blancs et nuls. Cependant, avec au second tour de cette élection législative, 2 candidats estampillés de droite,républicain pour l’un, modem et soutien de François Fillon lors des présidentielles pour l’autre, bon nombre d’ électeurs de la 6eme circonscription du Val  d’Oise ont donc dû faire face à un défaut de représentativité notamment des valeurs de gauche. En tant qu’élus nous continuerons à défendre ces valeurs de gauche auxquelles nous sommes encore et toujours sincèrement attachés, et à porter au sein de notre conseil municipal toutes les réflexions et idées prônant toujours plus de justice sociale.

Sophie Maley et Olivier Erard, liste DVG Enghien source de diversités

www.enghiensourcedediversites.fr

Pages :12345678
Pour nous contacter et vous informer, nous soutenir C'est ici !